Le chant de l'océan - Erika Boyer

« Son sourire est la plus belle chose qu’il m’ait été donné de voir. C’est aussi la plus cruelle parce que je suis persuadée qu’il n’est pas tout à fait vrai. On ne peut pas sourire ainsi en permanence. »

Titre : Le chant de l'océan
Auteur : Erika Boyer
Editeur : Auto édition
Collection : /
Genre : Romance
Date de publication : 21 octobre 2018
Nombre de page : 260
Prix : 14,90 €

Synopsie : La relation de Stecy et Lucas souffre de leur passé respectif et si leurs sentiments les poussent irrémédiablement l’un vers l’autre, leurs vieux démons continuent de ronger le lien fragile qui les unit. 
Sur le papier, leur couple n’a aucun avenir, mais en réalité, leur amour est une évidence et ils sont prêts à tout pour être ensemble. Face à cet océan qu’ils chérissent tant, celui-là même qui rythme leur vie, ils feront tout leur possible pour être heureux ensemble. Mais cela sera-t-il suffisant ? Pourront-ils vaincre leurs ennemis en sachant que ces derniers se cachent à l’intérieur d’eux-mêmes ?
 Je remercie Erika Boyer pour sa confiance et l'envoie de son nouveau livre, le spin-off du Langage des fleurs. Ce livre peut tout à fait se lire indépendamment et c'est ce que j'ai fait.

Le thème abordé ici par l'auteure est très touchant. A travers le personnage de Stecy, on étudie les méandres de la dépression qui est très mal connue de ceux qui ne l'on jamais vécu. Au fil des pages, on suit une déchéance qui fait mal au coeur. Comme tous ses autres livres, Erika Boyer aborde un thème difficile, peu exploité et tout cela avec justesse et bienveillance.

En ne lisant que ce deuxième tome, il est parfois difficile de comprendre réellement les liens qui unissent les personnages. Bien qu'on se concentre sur Stecy et Lucas, les personnages secondaires (les héros du Langage des fleurs) sont très présents et apportent quelque chose en plus à l'histoire. Pourtant Stecy m'a semblé trop parfaite. Elle est altruiste, généreuse, attentionnée. Si ce n'est sa maladie qui l'a rend plus humaine, je n'ai pas su m'y attacher (j'ai un problème général avec les héroïnes en ce moment).

Par rapport à Pardon et Hyacinthe, l'intrigue est très présente et nous tient en haleine tout le long du livre. Les problèmes familiaux sont très présents et très intéressants. Cela rajoute du réalisme à l'histoire et on peut sans problème se mettre à la place des personnages. Le rythme est assez intense car il y a toujours de nouvelles problématiques qui viennent s'ajouter.

Petit plus sur le magnifique lien qu'Erika Boyer à fait avec son autre roman Pardon à travers un personnage furtif mais qui fait tout ! Ce n'est qu'un détail mais que tout ses univers ce recoupent, je trouve cela original et génial. 

En somme j'ai encore une fois beaucoup aimé ma lecture. Je me suis moins attachée aux personnages mais le rythme, plus soutenu, m'a tenu en haleine. Le sujet qui est traité m'a beaucoup touchée car la dépression est une maladie que l'on comprend peu. Erika Boyer nous livre, ici, un nouveau roman digne des précédents. 


♫ ♫ ♫ ♫

Commentaires

Articles les plus consultés